Vidéo N°05. Audition présidents CCIT – 25 mars 2015

Commission des Finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire

Mission d’évaluation et de contrôle « Les chambres consulaires, leurs missions et leurs financements »

Participants :
M. Jean Vaylet, président de la CCI de Grenoble ;
M. Vianney de Chalus, président de la CCI du Havre ;
M. Jacques Pfister, président de la CCI Marseille Provence,
et M. Jacques Betbede, directeur général ;
M. André Garreta, président de la CCI Bayonne Pays Basque,
M. Bernard Darretche, directeur général ;
M. Jean-Louis Nesti, président de la CCI de Corrèze,
M. Michel Pedamond, directeur général ;
M. Olivier Rocaboy, directeur de cabinet du Président de la CCI Nantes Saint-Nazaire.

 

Audition présidents CCIT le 25 mars 2015
Téléchargez le compte rendu officiel

 

Un commentaire concernant “Vidéo N°05. Audition présidents CCIT – 25 mars 2015

  1. Pour qui sonne le glas de l’avis des « petites CCI », Marseille restant d’une totale discrétion sur le coup, peut-être parce qu’un rang élevé de son président à CCI france implique une certaine réserve par rapport à un jacobinisme de fait, peu prisé par Mr Vianney de Charlus ? Visiblement d’abord pour le personnel, et là c’est la Corrèze qui parle. S’adapter entraîne la Mort. Le libéralisme triomphant cède la place au scepticisme éclairé. Bayonne Pays Basque confirme. Est-ce l’écho d’Alternatiba qui commence à gagner le coeur des ressortissants, coeur parmi les coeurs là aussi, et amène à poser la bonne question. De 3 échelons consulaires passer à 6 pour simplifier alors que CCIR et CCIM centraliseraient non seulement les fonctions support, mais aussi les fonctions opérationnelles et d’assistance et de conseil. N’en jetez plus ! Merci décidément à l’UNSA et à CFDT d’avoir validé l’invention de ce licenciement pour refus de mutation!
    Vaylet pense juste lorsqu’il réclame des moyens pour un volet social de la CCI de demain et en cela il témoigne d’un vrai souci pour les agents, ce qui est une des valeurs non négociables de l’avis récent des professeur Nimbus du dialogue social entrés dans les starting-blocks et qui veulent tous accrocher leur CV au futur concentré de Code du travail sensé libérer les économies sur le personnel: La DIGNITE . Ces moyens à recevoir, qu’il s’agisse d’augmentation des bases fiscales ou de « franchises » à la taxation des chambres, c’est là un combat commun dans lequel nous sommes attendus en tant que syndicat pour participer à convaincre les pouvoirs publics, en conservant les idées de sur-mesure et de péréquations au sein des entités régionales.

Laisser un commentaire